LE PLAN-SOUFFRANCE

 

Chaines

Le plan-souffrance

 

 

 

 

 

En travaillant sur mes propres croyances ces dernières semaines, quelle ne fut pas ma stupéfaction de constater l'existence d'un plan-souffrance dans ma vie !

 

Voici ce que j'ai découvert :

Mon Ego n'est pas très intelligent (comme tous les egos d'ailleurs) mais absolument déterminé à me protéger...

Pour cela il se met en quatre... Son job ? Ma survie...

Voyons donc en quoi consiste son boulot et mettons-nous à sa place quelques instants :

 

Tout d'abord, pour protéger quelqu'un de quelque chose, nous avons besoin de SAVOIR …

Des informations telles que :

    • le nom du danger potentiel

    • sa taille

    • son degré de dangerosité etc.

 

A partir de là nous commençons à élaborer des STRATEGIES en nous référant à ce que nous avons DEJA VECU d'approchant...

 

Exemple : Nous sommes invités à partir en safari photo au beau milieu de la jungle...

Tous joyeux mais circonspects, nous allons à la pêche aux informations... sur quels vêtements porter, quels médicaments prévoir, quels dangers potentiels etc, etc.

Ensuite, on organise (= on met en place les STRATEGIES) : Les valises, le séjour, les contacts en cas de problème etc, etc. Pour être au maximum d'efficacité,nous essayons de trouver dans notre passé une expérience qui s'en rapproche (nos vacances dans le désert marocain?) pour construire un plan de prévention solide (autrement dit, pour être paré à pratiquement toute éventualité)

 

C'est aussi comme cela que fonctionne l'Ego. Jumelles

 

 

Sa priorité : SAVOIR (pour nous mettre en sécurité) = CONTROLER ce qui nous entoure pour empêcher tout danger inconnu d'arriver.

 

Le contrôle par le savoir, ce sont aussi toutes ces petites questions anodines que l'on pose toute la journée sur : « Comment ça va se passer ? A quelle heure on finit ? Qui peut m'aider dans cette situation ? » Mais aussi les plus usuelles :  « T'as fait quoi aujourd'hui ? Et demain ? Pourquoi t'as fait ça ? Comment ? » Etc, etc.

 

Ça aide à élaborer des stratégies pour préserver notre bien-être (par exemple: si ça dure deux heures de plus, c'est trop long pour moi... Je partirai discrètement dans un quart d'heure en prétextant un appel de l'école !)

 

Notre Ego a l'air d'un gars sympa et efficient en fin de compte.

 

OUI MAIS...

 

Il y a la référence au vécu qui commence à compliquer sérieusement les choses...

Car dans son souci de nous protéger, l'Ego construit petit à petit une banque d'expériences traumatisantes, de souffrance, dans laquelle il va puiser pour mettre en place des stratégies adaptées (croit-il!)

 

Ça veut dire, qu'il va nous revenir en mémoire les dernières galères (si ! La crevaison du pneu à 4h du matin sur l'autoroute... L'oubli du portefeuile sur le comptoir à l'embarquement etc.)

Ça devient beaucoup plus lourd pour nous et surtout, beaucoup plus anxiogène !

Des peurs arrivent (celles liées aux expériences les plus proches dans sa grille de sélection) qui nous obligent à élaborer des stratégies de plus en plus lourdes et complexes pour faire face.

 

Jusque là, Cet Ego n'est pas si désagréable et fait son boulot comme il peut, même s'il nous complique un peu la vie...

 

 

 

OUI MAIS...

 

 

C'est là que j'ai découvert que quand on veut contrôler la situation jusque dans ses moindres détails (pour arriver au risque zéro et une totale sécurité d'esprit), on ne supporte pas la nouveauté...

N'est-ce pas ?

Ce n'est pas à nous que l'inconnu fait peur, mais à notre Ego.

Comment gérer ce que l'on ne connaît pas ?

Impossible !

 

Et pour notre Ego pareil...

 

Alors ?

 

Alors... Nous vivons dans un monde négatif dominé par des ego.

Ici-bas, nous vivons constamment (ou presque) des expériences désagréables qui provoquent chez nous de la souffrance.

La première de toute est la cruelle et marquante désillusion sur le fait que nos parents ne nous aiment pas inconditionnellement et ne subviennent pas à tous nos besoins (éh oui, il faut être sage pour mériter sa récompense !)...

La suite n'est qu'une longue série de déceptions, rejets et autres (qui nous sont nécessaires pour apprendre, certes...) qui a lieu, en toute logique, grâce aux conditionnements dont nous ont pourvus nos parents et la société.

 

Et nous apprenons donc, petit à petit à gérer cette souffrance.

Notre Ego devient même assez compétent !

 

ALORS POURQUOI ALLER EN TERRITOIRE INCONNU AVEC TOUS LES RIQUES QUE CA COMPORTE ? !

 

 

Le territoire le plus inconnu de tous ?

LE BONHEUR!

 

 

Eh oui ! Voilà ma grande découverte !

Notre Ego ne sait pas gérer le bonheur. Il n'est pas compétent là-dedans, c'est trop positif pour lui...

Or, que faire si ce bonheur s'arrête ? L'Ego n'est pas sûr de maîtriser cette situation.

Donc il va faire quelque chose de génial, il va créer le PLAN-SOUFFRANCE...

 

Autrement dit, comme il est un spécialiste des souffrances « moyennes », habituelles en tout cas, il va nous faire croire qu'aller dans ce territoire inconnu est trop dangereux pour nous !

La peur de l'inconnu n'est que celle de l'Ego a qui on demande de faire son job dans des conditions de travail intolérables pour lui. (Et plus vous avez peur, plus cela signifie que votre Ego est puissant dans son rôle de protecteur !)

Pour nous dissuader de vivre cette nouveauté, il puise des peurs (tirées de son répertoire d'expériences traumatisantes et les plus approchantes possibles) pour nous les envoyer à la figure à chaque nouvelle situation :

 

J'ai ainsi pris conscience d'avoir la croyance que « le bonheur c'est dangereux car si je perds tout ce qui me rend heureuse, ce sera pire que de n'avoir rien eu ! »

 

Et là, c'est du pur génie egotique !

Oui !

 Il nous fait croire que...

"il vaut mieux une petite souffrance bien gérée qu'une grosse désillusion dont on sait pas se soigner !"

 

 

Alors on sabote notre bonheur !

On le refuse !

On en a peur...

 

 

C'est plus confortable de dire non et de s'infliger une petite souffrance par soi-même que de la main (ou de la bouche) de quelqu'un d'autre...

Ca fait moins mal parce qu'on a l'illusion de garder de la liberté et du pouvoir en anticipant la souffrance inévitable que nous prévoit notre Ego !

Top non ?!

 

 

En résumé, nous nous refusons, tout au long de notre existence, toutes les choses positives qui pourraient nous permettre d'aller vers le bonheur, et mettons en place le plan-souffrance qui nous permettra de naviguer toute notre vie entre petite et moyenne souffrance, pour éviter les trop grosses déceptions ingérables !

 

 

 

Que c'est joyeux !

 

 

Vous pouvez maintenant dire non, remettre en question ces croyances et avancer librement vers le bonheur !

 

 

Porte lumiere

 

 

 

 

Sandrine Léger

26 septembre 2016

 

Si vous diffusez ce message, merci d'avoir la gentillesse de donner votre source et les coordonnées du site.

anpac76.e-monsite.com

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site